la Meute

la Meute
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Arfocit

Aller en bas 
AuteurMessage
Arfocit
Humain
avatar

Nombre de messages : 8
Où? : La Meute
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Arfocit   Dim 7 Mai - 22:31

Son nom est peu connu dans le monde, celui d'Arfocit est même banni dans ses terres natales de Ghortorase, capitaine à la tête de la cavalerie de sa cité des terres glaciales du nord, il quitta ses racines sans plus de raisons, le monde etait devenu vaste souillure, et il ne voulai pas apartenir a l'un des camps, seul la destuction pouvait guèrir ces plaies. Le feu par le feu. Pour lui aucun etre ne peut être amené au dessus d'un autre par une valeur ou un titre, seul celui-ci le permet. Il s'en alla vers le grand glacier où il fit deja couler le sang et où moult vies furent condamnées...
_________

Tout d'un coup, la congère qu'ils contournaient sembla éclater. Un petit groupe de wendigos en jaillirent en piaffant, griffes et crocs en avant, se jetant sur les chevaux de la petite troupe. Les cavaliers s'évertuaient encore à débarrasser leurs montures de ces prédateurs indésirables que trois cadavres tombèrent aux cotés de l'étalon d'Arfocit, le sang des carnivores souillant la neige immaculée. Le chef tenait fermement son Marteau de guerre ( sur celui ci on pouvai y voir de nombreus signe immaculant telle des ornures le manche et la tete semer de pointes) ensanglanté dans sa main gauche et fracassa d'un coup sec le crane d'un wendigo qui le chargeait.
Les autres hommes parvinrent enfin a annihiler les quelques assayants sous le regard de leur chef, un regard aussi froid que le blizzard qui les avait tourmentés plusieurs jours durant.

Le sergent Carfo se rajusta sur sa selle et rangea son épée, non sans retenir une remarque destinée à détendre ses hommes:
"Saleté de wendigos! C'est à croire qu'ils reprennent de la vigueur depuis qu'on s'est débarrassés de la vermine dans la région... N'est-ce pas chef?
Arfocit se retourna sur sa selle et lui adressa un simple regard, lui signifiant qu'il l'avait écouté. Arfocit était un homme droit, certes, mais tériblement froid, aussi froid que ces montagnes dont il était originaire, dans lesquelles il avait si souvent combattu, et qu'il avait visitées en tous sens. Il était avare de paroles et ne disait mot que lorsque cela se révélait nécessaire. L'ancien cavalier du Loup Blanc qu'il était avait gardé sa droiture mais avait oublié toute notion d'honneur, de bien ou de mal. Il n'agissait plus qu'en fonction de ce que lui dictait son instinct, et celui-ci se révélait rarement trompeur. C'est pour cette raison que nombres des ses anciens hommes le suivaient encore, ils avaient foi en lui.

Après quelques heures de chevauchée sur les crètes enneigées, il arrivèrent enfin au camp installé il y a de cela de nombreuses lunes à l'abri d'une falaise. Les cavaliers y étaient à peine entrés que des palefreniers s'avanceaient déjà pour emmener les chevaux dans le tente qui leur servait d'écurie. Arfocit balaya du regard le camp... Rien n'avait changé depuis leur départ. Il se dirigea vers sa tente.

A peine y eu t il pénétré qu'on vint le débarrasser des lourdes fourrures qui le protégeaient des morsures du froid. Un scribe se présenta a Arfocit alors qu'il prenait place sur le fauteuil qui lui servait de trône:
"Chef... Désirez-vous que je vous informe des derniers évènements?
-Les postes avancés?
-Nos messagers ne cessent de faire des aller-retour, et ils apportent chaque fois le même message, "rien à signaler". Il semblerait que l'on ai éradiqué toute forme chaotique en ces terres...
-Les hommes?
-Leur moral est au beau fixe, ils ne se saoulent que rarement et ce n'est jamais bien méchant, seul le climat leur pose problème, mais depuis le temps que nous sommes ici, ils se sont habitués. Lorsque l'ennui les harcèles, ils forment un petit groupe et partent en chasse afin d'améliorer encore davantage leur pitence.
-... Les loups?
-Aucun problème avec eux! les hommes suivent votre ordre de ne pas les nourrir, mais malgrè celà, les bêtes se mèlent de plus en plus aux hommes, partageant souvent la chaleur des feux de camp, participant aux chasses, les mères laissent les hommes jouer avec les louveteau... Leur comportement est vraiment surprenant, ils semblent chercher à ne faire qu'un avec vos troupes... Les prètres pensent voir là un signe favorable à votre alliance avec ces seigneurs étrangers, la Meute serait d'après eux une chance pour vous.
-Le chef de meute?
-Il passe le plus clair de son temps à èrer parmis les siens et parmis les hommes, je l'ai maintes fois surpris couché en cette même tente, près de votre trône... J'ignores si celà est du à la chaleur ambiante ou non.
Arfocit agita vaguement la tête.

Un grand loup noir pénétra à cet instant dans la tente et s'assit devant Arfocit, plongeant son regard dans le sien. Le chef parut réfléchir durant quelques minutes puis prit la parole:
"Scribe...
-Chef?
-La moitié des hommes prendra la route avec moi demain à l'aube. L'autre moitié restera ici et battira un campement dans lequel nous pourrons envoyer des relèves pour maintenir la surveillance sur ces monts. Fais passé le message et forme les deux groupes.
-Bien chef. J'y vais de ce pas.
Le scribe sortit s'acquitter de sa tâche. Arfocit regarda le loup qui semblait attendre, aussi impassible que le chef des hommes:
-On rentre...

_________________
" le chatiment est sans appel. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Arfocit
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la Meute :: Jadis... :: Les membres de la Meute-
Sauter vers: